fbpx

La cabane dans le bois – Réponse à mon associé pour les 5 ans de la flèche

Salut Emmanuel,

Ça fait cinq ans que la flèche est venue au monde. Mais le véritable acte de naissance de notre entreprise remonte à un peu plus loin. Tu t’en souviens peut-être. C’était un bref échange entre toi et moi. Par messagerie.

Ça ressemblait à quelque chose comme ceci :

 

Moi : Question de même… Es-tu le genre de gars qui est game de se partir en affaires avec un chum?

Toi : Ça dépend avec qui. Mais avec toi, oui.

 

Quelques jours plus tard, nous esquissions les premières lignes d’un plan incertain. Un studio, une agence, un atelier? Des communications? Du marketing de contenu? Tout cela me paraissait aussi excitant qu’abstrait.

 

Bien honnêtement, je n’avais aucune idée du résultat.

D’abord parce que je fomente des tas de projets qui ne voient jamais le jour. Mais je me demandais aussi ce que ça donnerait, toi et moi, en affaires. Des amis de longue date. Depuis le cégep. Semblables sur plusieurs points, mais si différents sur d’autres. Moi, effroyablement éparpillé. Toi, hyper organisé.

J’avais un peu peur, même. Passé 40 ans, on ne collectionne plus les amis comme à 20. Ils deviennent autrement précieux.

Mais je me suis vite rendu compte de deux choses qui m’ont rassuré.

 

D’abord : la motivation que sous-tendait le souhait de ne pas te décevoir. Ensuite : la mise au jour de notre admiration mutuelle, jusque-là rarement évoquée dans nos rapports qui sont beaucoup ceux des hommes, faits de non-dits, de demi-mots et de sous-entendus.

 

Ces deux choses-là, je crois, sont au cœur de notre réussite. Ce sont elles qui galvanisent la confiance que nous avons dans notre capacité à faire les choses, à les mener à terme. Sachant, chacun de notre bord, que l’autre ne nous laissera pas tomber. Et aussi que nous partageons ce qu’il faut pour réussir. La créativité, l’organisation, la drive, le respect.

 

En fait, il s’est produit quelque chose de presque magique : si nous mettons toujours tout sur la table, comme tu l’écrivais dans ta lettre l’autre jour, notre dynamique, elle, s’est mise en place sans vraiment que nous en discutions.

 

C’est aussi, je crois, le produit de notre longue amitié. Notre accord dans la vie s’est traduit en harmonie au travail. Qu’il s’agisse de gestion du personnel, de méthodes de fonctionnement ou d’horaires, nous voulons les mêmes choses. À commencer par ceci : avoir du fun à mener une entreprise à échelle humaine.

 

Nous ne sommes pas en quête de domination mondiale. Pas même du quartier (anyway, dans un rayon de 200 mètres de notre bureau, il y a Cossette et lg2, faque…). Mais un jour, tu m’as dit : «C’est spécial ce qu’on fait… On travaille, mais on est aussi en train de bâtir quelque chose.» Ça m’est resté. J’y repense très souvent. C’est comme une image dans ma tête : dans notre domaine d’affaires, on s’est construit une maudite belle cabane dans un arbre.

 

Tous les jours, je monte dans l’échelle. Je t’y rejoins, avec notre gang. Nous ajoutons des annexes, des étages. Tu t’assures que tout cela tient en place. Je fomente des plans qui n’aboutissent pas toujours, je pars courir dans la forêt pour mieux revenir. Et je rentre au boulot avec le sourire. Ce qu’on a construit, mon gars, c’est peut-être une business. Mais c’est beaucoup aussi une manière de vivre heureux au travail.

Et ça, c’est certainement le plus beau dividende qu’on se verse.

 

David (Desjardins, cofondateur, stratège et rédacteur en chef)

L’I.A. au service de la désinformation

Étranges, drôles et inquiétants à la fois, les deepfakes font couler beaucoup d’encre. Question d’étirer un peu l’Halloween, ICI Explora nous propose quelques exemples parmi les plus saisissants. Pour en apprendre davantage sur le sujet, visionnez en rattrapage l’épisode qu’Enquête y a consacré sur ICI TOU.TV.

 

 

Suprême nouvelle

Il y a quelques jours, Google annonçait dans la revue Nature avoir franchi le cap de la «suprématie quantique». C’est une bonne nouvelle? C’est grave? Faut-il fêter, s’indigner ou avoir peur? Quelques éléments de réponse éclairants dans cet article du New York Times, cette capsule vidéo et ce billet de blogue de Science étonnante.

 

 

 

Abonnez-vous